Sur les bords du lac de Garde, au nord de l’Italie, se trouve la cité médiévale de Sirmione, dont l’entrée passe par un bastion véronais du 13ème siècle. Ce château est l’un des plus complets et les mieux conservés d’Italie, ainsi qu’un des rares exemples de fortification en bord de lac. La construction du fort [...]

Sirmione – la forteresse Scaliger défend le Lac de Garde pour Vérone

Claude Monet décrivait ainsi les Aiguilles de Port-Coton à Belle-île-en-Mer, qu’il a peintes à maintes reprises : "C’est sinistre, diabolique, mais superbe et je ne crois pas retrouver pareille chose ailleurs". Il n’est pas le seul que les lieux aient inspiré : Matisse, Russell, Auburtin… Situées sur la côte sauvage de cette île, la plus [...]

Les Aiguilles de Port-Coton à Belle-Île en Mer : le trésor de Claude Monet

Le site d’art rupestre d’Alta (Helleristningene i Alta) fait partie d’un site archéologique situé non loin de la ville d’Alta, dans le conté du Finnmark, en Norvège septentrionale. Depuis que les premières peintures (ou plus exactement les pétroglyphes) y ont été découverts en 1972, plus de 5000 autres bas-reliefs ont été mis au jour sur [...]

Gravures rupestres d’Alta–des rennes de l’âge de pierre gravés le long des fjords

On connaît la Laponie pour ses rennes et ses forêts de pins s’étendant à perte de vue. C’est oublier que la nature s’y exprime avec force, notamment au travers de ses rivières. C’est en effet en Laponie Suédoise, dans les environs d’Arvidsjaur, que se trouvent les plus grandes cataractes naturelles d’Europe. Les chutes n’impressionnent pas [...]

Storforsen – les plus grandes cataractes naturelles d’Europe traversent la Laponie

En Finlande, Helsinki est l’une des rares villes au monde à posséder pas moins de trois cathédrales. La plus connue d’entre elles est dénommée Helsingin tuomiokirkko en finnois. C’est la cathédrale évangélique luthérienne d’Helsinki. Située en plein centre-ville, sur la place de Senaatintori, elle fut construite entre 1830 et 1852 dans un style néoclassique selon [...]

Cathédrale Luthérienne d’Helsinki – une icône allemande sur l’ancienne terre des tsars

Située à 2518 kilomètres du Cap Nord, le point le plus septentrional d’Europe, la péninsule de Lindesnes n’en est pas moins située en Norvège elle aussi. Si cette distance est si importante, c’est que la Norvège s’étend sur d’immenses étendues, du nord au sud, à l’ouest de la Scandinavie. Lindesnes en est son point le [...]

Phare de Lindesnes : le point le plus méridional de Norvège, où se rencontrent Mer du Nord et Mer Baltique

Le Norske Opera, l’opéra d’Oslo, est l’une des plus récentes et plus étonnantes constructions modernes de Norvège. Construit sur le port commercial et industriel du quartier de Bjørvika, dans la partie est du centre-ville de la capitale du pays, l’édifice abrite l’Opéra National de Norvège (opéra et ballet). Contrôlée par Statsbygg, l’agence gouvernementale qui gère [...]

Norske Opera – le renouveau de la banlieue d’Oslo en lignes obliques

La Valachie est la mère patrie des roumains, son nom dérivant de Vlach, ancien terme utilisé pour désigner l’ethnie roumaine. Cette région couvre le tiers sud du pays, coupé en deux par le cours de l’Olt. Souvent reléguée au second plan, voire négligée par les guides et les circuits touristiques, la Valachie ne saurait rivaliser [...]

Le Monastère d’Horezu, chef-d’œuvre de l’art Branconvan en Valachie

Vue depuis la France, la Roumanie semble être un pays pauvre d’Europe de l’Est, d’où nous arrivent nombre de migrants vivant dans le plus grand dénuement. Si le tableau peut être vrai dans certains villages, il serait réducteur de considérer que la Roumanie n’est peuplée que de Roms, et qu’elle n’a rien à offrir au [...]

Le château de Dracula au cœur des Carpates : la citadelle de Poenari

Situées sur la côte ouest de l’Irlande, les falaises de Moher s’élèvent jusqu’à 214 mètres au-dessus de l’océan Atlantique, sur une longueur de 8 kilomètres. Point de passage obligé pour tout touriste à la découverte de l’île des farfadets, l’endroit respire la tranquillité et la puissance de la nature, à quelques encablures au sud-ouest des [...]

Falaises de Moher – quand l’Irlande plonge de 214 mètres dans l’Atlantique

L’Ecosse est connue pour ses châteaux. Beaucoup sont hantés selon les légendes qui font des Highlands écossais une région du globe empreinte de mystères qui inspire, aujourd’hui encore, les cinéastes du monde entier (la sortie de "Brave", le film des studios Pixar de 2012, est là pour le prouver). Pourtant, certains châteaux écossais ne sont [...]

Château de Balmoral – la résidence écossaise de la Reine Victoria et du Prince Albert

Qui n’a jamais entendu parler du célèbre Panthéon? Devenu véritable nom commun, ce bâtiment de la Rome antique a été copié dans son concept dans plusieurs villes, dont Paris. Mais C’est bien l’édifice religieux antique situé sur le Champ de Mars, bâti sur l’ordre d’Agrippa au 1er siècle av. J.-C., endommagé par plusieurs incendies, et [...]

Panthéon de Rome – le plus grand dôme de l’Antiquité, tombeau des grands Hommes

Le Halászbástya, ou Bastion des Pêcheurs, est une terrasse de style néo-gothique et néo-romane située à Budapest, sur la rive Buda du Danube. Elle surplombe la capitale hongroise depuis la colline du château de Budapest, tout près de l’église Matthias. Le Bastien des Pêcheurs fut dessiné et construit entre 1895 et 1902 selon les plans [...]

Bastion des Pêcheurs – un rempart “moderne” sur les hauteurs de Budapest

En raison de son statut de monument universel, la statue de la Liberté a été copiée et reproduite à différentes échelles et en divers endroits du globe. Ces reproductions vont des simples miniatures souvenirs vendues dans la boutique du musée de la structure, aux reproductions à grande échelle qui siègent à l’entrée de certaines villes, [...]

Statue de la Liberté de l’île des cygnes à Paris – une maquette signée Bartholdi

Une ville construite sur des collines ne manque généralement pas d’attrait. Si elle est située sur une péninsule, un port lové en son cœur, s’y ajoute la beauté. Capitale de la Norvège occidentale, Bergen occupe 7 collines, à l’instar de Rome. Elle s’est développée vers l’intérieur des terres et le Puddefjorden à partir de son [...]

Bryggen – les demeures en bois colorées de la Ligue Hanséatique à Bergen

On l’appelle Beg ar Raz dans le Finistère, cet endroit où la terre se finit. A la pointe ouest de la Bretagne se trouve ce cap rocheux en forme de proue s’avançant dans la mer d’Iroise, plongeant dans les eaux agitées de ce bout d’Océan Atlantique du haut de ses 72 mètres. La Pointe du [...]

La Pointe du Raz – une proue de granite à l’extrême ouest de la France

Il s’agit du plus vieux monument de Paris dans son site d’origine. A la manière du Colysée de Rome ou des Arènes de Nîmes, les Arènes de Lutèce remontent à l’époque gallo-romaine, au 1er siècle après J.-C. Avec les Thermes de Cluny, elles sont le seul vestige du passage des romains à Lutèce (aujourd’hui Paris). [...]

Arènes de Lutèce : un amphithéâtre gallo-romain au cœur de la capitale

A quelques semaines du nouvel an chinois,  nous avons décidé non pas de vous emmener en Chine, mais à quelques kilomètres de Paris : à Alfortville très exactement. Au confluent entre la Seine et la Marne se trouve en effet le complexe touristique chinois le plus important jamais construit en France. Aujourd’hui partiellement abandonné, ce [...]

Chinagora – un complexe touristique sous forme de Cité Interdite fantôme à deux pas de Paris

Noël est la saison des cadeaux, mais avant qu’un géant américain du soda n’invente le gros bonhomme à la barbe blanche vivant dans le grand froid que nous connaissons tous sous le nom de Père Noël, cette saison était principalement l’occasion de se replonger dans l’histoire. Une histoire chaude, puisqu’elle se déroule en Palestine : [...]

De la Bavière à la Provence : des santons à la basilique de Fourvière pour sa crèche de Noël géante

Le mois de décembre est enfin là, et après un épisode neigeux plutôt catastrophique en Île-de-France, il est temps de penser à Noël. Les enfants s’y sont mis depuis presque deux semaines avec leur calendrier de l’Avent, mais quid des parents? Outre les vitrines de Noël des Grands Boulevards parisiens, ces derniers trouveront certainement leur [...]

Marché Médiéval de Noël à Provins – Rois Mages et troubadours animent banquet et bal d’époque
You're browsing: TravelPics.fr » Allemagne,Architecture,Baroque,Cathédrale,Monument religieux,Pays,Renaissance » Berliner Dom – la cathédrale de Berlin au dôme détruit par la guerre

Berliner Dom – la cathédrale de Berlin au dôme détruit par la guerre

Posté le Mercredi 31 mars 2010dans Allemagne, Architecture, Baroque, Cathédrale, Monument religieux, Pays, Renaissancepar Alexandre RosaImprimerText Resizer Text Resizer

La Cathédrale de Berlin (en allemand, Berliner Dom), est le nom généralement donné à la Oberpfarr- und Domkirche. Elle est située au cœur de la capitale allemande, sur l’Île aux Musées, dans le quartier de Mitte.


Cette cathédrale protestante fut construite entre 1894 et 1905, sur des plans de Julius Raschdorff, dans un style inspiré de la Renaissance italienne. Elle remplaçait une ancienne cathédrale baroque, édifiée entre 1747 et 1750, et remaniée par Karl Friedrich Schinkel en 1822. L’empereur Guillaume II, qui ordonna cette nouvelle construction, souhaitait une cathédrale digne de la grandeur de la capitale impériale. Endommagée durant la Seconde Guerre mondiale, elle subit d’importants travaux de restauration, qui s’étalèrent sur cinq décennies. Bien que situé en RDA, la rénovation du Berliner Dom fut financée en partie par l’Allemagne de l’Ouest, qui considérait que le monument faisait partie d’un patrimoine commun.

Cette cathédrale est particulièrement imposante, avec son dôme qui s’élève à 85 mètres de hauteur. Le bâtiment est par ailleurs long de 114 mètres et large de 73 mètres. Son somptueux intérieur néo-baroque mérite le détour. Le corps central, dominé par la coupole, est réservé au prêche. L’aile Sud abrite la chapelle des Baptêmes et des Mariages, tandis que l’aile Nord contient la chapelle funéraire. Dans cette cathédrale, vous pourrez admirer l’imposant sarcophage de Frédéric Ier et de son épouse Sophie Charlotte, réalisé par Andreas Schlüter.

Une partie de la crypte est ouverte aux visiteurs, qui peuvent ainsi voir environ 90 sarcophages de la dynastie des Hohenzollern, qui régnèrent plusieurs siècles sur le Brandebourg et la Prusse. Méritent le détour, les sépultures de Jean le Cicéron d’après Peter Vischer de Nuremberg ainsi que les sculptures de Rauch ou de Tieck.


L’origine du projet

L’histoire d’une cathédrale sur l’île aux musées de Berlin débuta en 1465, quand la chapelle Saint Erasme du  Palais Royal tout juste inauguré à Cölln obtint le statut d’église collégiale. Le nom allemand de la cathédrale “Dom”, remonte au terme “Domkirche” qui était utilisé pour désigner de telles églises collégiales à l’époque. En 1536, l’électeur Joachim II déplaça le “Dom” dans l’ancienne église dominicaine, au sud du palais.

Avec le soutien de Martin Luther, l’électeur établit la Réforme en 1539, et le “Dom” devint une église luthérienne. En 1608, la collégiale fut dissoute, et le “Dom” fut déclaré plus haute église paroissiale de Cölln. Lorsque le prince électeur Johann Sigismund se convertit au calvinisme en 1613, la cathédrale devint église paroissiale et de la Cour.

De 1747 à 1750, Frédéric le Grand commanda à Johann Boumann l’Ancien de construire un nouveau bâtiment baroque au nord du palais. Après que les sarcophages furent transférés de la crypte, l’ancienne cathédrale délabrée fut détruite. A l’occasion de l’union des Eglises luthériennes de la Prusse et les communautés réformées, l’intérieur et l’extérieur de la cathédrale furent rénovés. La conversion classique par Karl Friedrich Schinkel fut achevée en 1822.

La planification de la construction de la nouvelle cathédrale nouvelle dans le Lustgarten commença dès le 19ème siècle. Entre 1825 et 1828, Karl Friedrich Schinkel présenta de nombreux plans pour un bâtiment de nouvelle cathédrale. En 1842, la construction d’une volumineuse basilique à cinq nefs, basée sur les projets d’August Stüler, débuta. Toutefois, en raison des hésitations du bâtisseur et des moyens financiers limités, la construction progressa lentement jusqu’en 1848, date à laquelle les travaux furent stoppés, à un moment où seuls le lieu d’inhumation était achevé.


Il fallut attendre le règne du roi Guillaume Ier, qui devint plus tard Empereur, pour que le projet d’un bâtiment de cathédrale monumentale avance de nouveau. Un concours d’architecture organisé en 1867 s’est avéré inefficace, toutefois, car aucun des 51 projets présentés ne fut approuvé par le jury.

Ce n’est ainsi qu’en 1888 que l’initiative trouva sa conclusion. Le premier design de Julius Carl Raschdorff n’avait pas été accepté, mais l’architecte eut la possibilité de retravailler son plan. Une forme légèrement modifiée et réduite du “projet de 20 millions” de Raschdorff fut finalement approuvée par Guillaume II trois ans plus tard.

La construction

En 1893, après la démolition de la vieille cathédrale, la mise en place des fondations de la nouvelle structure fut entamée. La pose de la première pierre eut lieu le 17 Juin 1894. Le bâtiment central, une structure de style renaissance italienne influencée de baroque, fut consacré presque 11 ans plus tard, le 27 Février 1905. Flanqué de quatre tours d’angle,  le dôme de la cathédrale culminait 114 mètres au dessus du niveau de la rue. L’intérieur et l’extérieur de la cathédrale étaient ornés d’un vaste rayon de créations picturales illustrant le Nouveau Testament et l’histoire de la Réformation de l’église.

La construction de la cathédrale coûta finalement 11,5 millions de marks allemands. Selon l’évaluation d’architectes, la construction d’un bâtiment similaire de nos jours nécessiterait 180 millions d’euros. La critique du bâtiment avait déjà commencé avant  même sa consécration et elle continue encore aujourd’hui. La cathédrale est accusé d’être trop ostentatoire, et l’expression d’un “byzantinisme” impérial et de “mise en scène”. En dépit de toutes ces polémiques, la cathédrale a toujours trouvé de nombreux amateurs, qui trouvent son architecture revigorante et festive. En même temps, elle fournit un lieu de silence et de prière dans le centre agité de Berlin.

Les dommages dus à la guerre

Les dommages les plus importants infligés à la cathédrale furent causés par un raid aérien en 1940 et concernent la perte des fenêtres de l’autel. En 1944, l’impact d’une bombe incendiaire liquide heurta le pied de la lanterne du dôme. Parce que l’accès à cet endroit était si difficile, l’incendie n’a pu être éteint, et le dôme entier fut détruit. Des morceaux entiers de la coupole s’écrasèrent dans l’église et traversèrent le sol, provoquant la propagation de l’incendie jusque dans la crypte au sous-sol.


En une nuit, la cathédrale avait été transformée en ruine. Le vandalisme et les intempéries engendrèrent des dommages supplémentaires. L’argent nécessaire à la protection de la structure arriva lentement. Les cloches sonnèrent à nouveau pour la première fois après la fin de la guerre en Novembre 1948, et un toit provisoire remplaçant le dôme de la cathédrale ne fut construit qu’en 1953. Pendant cette période, les services et  les récitals donnés à l’église eurent lieu dans la crypte sous l’église du souvenir.

Avec le soutien financier de l’Église protestante d’Allemagne et le Gouvernement de la République fédérale, de la reconstruction de la cathédrale toujours endommagée par la guerre commença en 1975. L’église du souvenir du côté nord et le passage impérial inférieur du côté sud de la cathédrale furent démolis. Les chapelle du baptême et matrimoniale, restaurées, furent de retour en service pour les services et événements de la Congrégation de la cathédrale à partir de 1980. Les travaux de construction sur la façade extérieure de la cathédrale (avec d’importants changements autour du dôme) fut essentiellement terminée en 1983. Les travaux sur l’intérieur commencèrent en 1984.

Le 6 Juin 1993, l’Église du Sermon fut rouverte par un service cérémonial. Les fenêtres du chœur et les mosaïques du dôme de l’église du sermon furent reconstruits dans les années qui suivirent. Le 29 Juin 2002, la dernière des mosaïques du dôme fut dévoilée de manière festive. La crypte restaurée des Hohenzollern fut enfin ouverte au public en Novembre de la même année.

Traduction et photos par Alexandre Rosa
Source principale : BerlinerDom.de

Laisser un commentaire

Back to Top