Sur les bords du lac de Garde, au nord de l’Italie, se trouve la cité médiévale de Sirmione, dont l’entrée passe par un bastion véronais du 13ème siècle. Ce château est l’un des plus complets et les mieux conservés d’Italie, ainsi qu’un des rares exemples de fortification en bord de lac. La construction du fort [...]

Sirmione – la forteresse Scaliger défend le Lac de Garde pour Vérone

Claude Monet décrivait ainsi les Aiguilles de Port-Coton à Belle-île-en-Mer, qu’il a peintes à maintes reprises : "C’est sinistre, diabolique, mais superbe et je ne crois pas retrouver pareille chose ailleurs". Il n’est pas le seul que les lieux aient inspiré : Matisse, Russell, Auburtin… Situées sur la côte sauvage de cette île, la plus [...]

Les Aiguilles de Port-Coton à Belle-Île en Mer : le trésor de Claude Monet

Le site d’art rupestre d’Alta (Helleristningene i Alta) fait partie d’un site archéologique situé non loin de la ville d’Alta, dans le conté du Finnmark, en Norvège septentrionale. Depuis que les premières peintures (ou plus exactement les pétroglyphes) y ont été découverts en 1972, plus de 5000 autres bas-reliefs ont été mis au jour sur [...]

Gravures rupestres d’Alta–des rennes de l’âge de pierre gravés le long des fjords

On connaît la Laponie pour ses rennes et ses forêts de pins s’étendant à perte de vue. C’est oublier que la nature s’y exprime avec force, notamment au travers de ses rivières. C’est en effet en Laponie Suédoise, dans les environs d’Arvidsjaur, que se trouvent les plus grandes cataractes naturelles d’Europe. Les chutes n’impressionnent pas [...]

Storforsen – les plus grandes cataractes naturelles d’Europe traversent la Laponie

En Finlande, Helsinki est l’une des rares villes au monde à posséder pas moins de trois cathédrales. La plus connue d’entre elles est dénommée Helsingin tuomiokirkko en finnois. C’est la cathédrale évangélique luthérienne d’Helsinki. Située en plein centre-ville, sur la place de Senaatintori, elle fut construite entre 1830 et 1852 dans un style néoclassique selon [...]

Cathédrale Luthérienne d’Helsinki – une icône allemande sur l’ancienne terre des tsars

Située à 2518 kilomètres du Cap Nord, le point le plus septentrional d’Europe, la péninsule de Lindesnes n’en est pas moins située en Norvège elle aussi. Si cette distance est si importante, c’est que la Norvège s’étend sur d’immenses étendues, du nord au sud, à l’ouest de la Scandinavie. Lindesnes en est son point le [...]

Phare de Lindesnes : le point le plus méridional de Norvège, où se rencontrent Mer du Nord et Mer Baltique

Le Norske Opera, l’opéra d’Oslo, est l’une des plus récentes et plus étonnantes constructions modernes de Norvège. Construit sur le port commercial et industriel du quartier de Bjørvika, dans la partie est du centre-ville de la capitale du pays, l’édifice abrite l’Opéra National de Norvège (opéra et ballet). Contrôlée par Statsbygg, l’agence gouvernementale qui gère [...]

Norske Opera – le renouveau de la banlieue d’Oslo en lignes obliques

La Valachie est la mère patrie des roumains, son nom dérivant de Vlach, ancien terme utilisé pour désigner l’ethnie roumaine. Cette région couvre le tiers sud du pays, coupé en deux par le cours de l’Olt. Souvent reléguée au second plan, voire négligée par les guides et les circuits touristiques, la Valachie ne saurait rivaliser [...]

Le Monastère d’Horezu, chef-d’œuvre de l’art Branconvan en Valachie

Vue depuis la France, la Roumanie semble être un pays pauvre d’Europe de l’Est, d’où nous arrivent nombre de migrants vivant dans le plus grand dénuement. Si le tableau peut être vrai dans certains villages, il serait réducteur de considérer que la Roumanie n’est peuplée que de Roms, et qu’elle n’a rien à offrir au [...]

Le château de Dracula au cœur des Carpates : la citadelle de Poenari

Situées sur la côte ouest de l’Irlande, les falaises de Moher s’élèvent jusqu’à 214 mètres au-dessus de l’océan Atlantique, sur une longueur de 8 kilomètres. Point de passage obligé pour tout touriste à la découverte de l’île des farfadets, l’endroit respire la tranquillité et la puissance de la nature, à quelques encablures au sud-ouest des [...]

Falaises de Moher – quand l’Irlande plonge de 214 mètres dans l’Atlantique

L’Ecosse est connue pour ses châteaux. Beaucoup sont hantés selon les légendes qui font des Highlands écossais une région du globe empreinte de mystères qui inspire, aujourd’hui encore, les cinéastes du monde entier (la sortie de "Brave", le film des studios Pixar de 2012, est là pour le prouver). Pourtant, certains châteaux écossais ne sont [...]

Château de Balmoral – la résidence écossaise de la Reine Victoria et du Prince Albert

Qui n’a jamais entendu parler du célèbre Panthéon? Devenu véritable nom commun, ce bâtiment de la Rome antique a été copié dans son concept dans plusieurs villes, dont Paris. Mais C’est bien l’édifice religieux antique situé sur le Champ de Mars, bâti sur l’ordre d’Agrippa au 1er siècle av. J.-C., endommagé par plusieurs incendies, et [...]

Panthéon de Rome – le plus grand dôme de l’Antiquité, tombeau des grands Hommes

Le Halászbástya, ou Bastion des Pêcheurs, est une terrasse de style néo-gothique et néo-romane située à Budapest, sur la rive Buda du Danube. Elle surplombe la capitale hongroise depuis la colline du château de Budapest, tout près de l’église Matthias. Le Bastien des Pêcheurs fut dessiné et construit entre 1895 et 1902 selon les plans [...]

Bastion des Pêcheurs – un rempart “moderne” sur les hauteurs de Budapest

En raison de son statut de monument universel, la statue de la Liberté a été copiée et reproduite à différentes échelles et en divers endroits du globe. Ces reproductions vont des simples miniatures souvenirs vendues dans la boutique du musée de la structure, aux reproductions à grande échelle qui siègent à l’entrée de certaines villes, [...]

Statue de la Liberté de l’île des cygnes à Paris – une maquette signée Bartholdi

Une ville construite sur des collines ne manque généralement pas d’attrait. Si elle est située sur une péninsule, un port lové en son cœur, s’y ajoute la beauté. Capitale de la Norvège occidentale, Bergen occupe 7 collines, à l’instar de Rome. Elle s’est développée vers l’intérieur des terres et le Puddefjorden à partir de son [...]

Bryggen – les demeures en bois colorées de la Ligue Hanséatique à Bergen

On l’appelle Beg ar Raz dans le Finistère, cet endroit où la terre se finit. A la pointe ouest de la Bretagne se trouve ce cap rocheux en forme de proue s’avançant dans la mer d’Iroise, plongeant dans les eaux agitées de ce bout d’Océan Atlantique du haut de ses 72 mètres. La Pointe du [...]

La Pointe du Raz – une proue de granite à l’extrême ouest de la France

Il s’agit du plus vieux monument de Paris dans son site d’origine. A la manière du Colysée de Rome ou des Arènes de Nîmes, les Arènes de Lutèce remontent à l’époque gallo-romaine, au 1er siècle après J.-C. Avec les Thermes de Cluny, elles sont le seul vestige du passage des romains à Lutèce (aujourd’hui Paris). [...]

Arènes de Lutèce : un amphithéâtre gallo-romain au cœur de la capitale

A quelques semaines du nouvel an chinois,  nous avons décidé non pas de vous emmener en Chine, mais à quelques kilomètres de Paris : à Alfortville très exactement. Au confluent entre la Seine et la Marne se trouve en effet le complexe touristique chinois le plus important jamais construit en France. Aujourd’hui partiellement abandonné, ce [...]

Chinagora – un complexe touristique sous forme de Cité Interdite fantôme à deux pas de Paris

Noël est la saison des cadeaux, mais avant qu’un géant américain du soda n’invente le gros bonhomme à la barbe blanche vivant dans le grand froid que nous connaissons tous sous le nom de Père Noël, cette saison était principalement l’occasion de se replonger dans l’histoire. Une histoire chaude, puisqu’elle se déroule en Palestine : [...]

De la Bavière à la Provence : des santons à la basilique de Fourvière pour sa crèche de Noël géante

Le mois de décembre est enfin là, et après un épisode neigeux plutôt catastrophique en Île-de-France, il est temps de penser à Noël. Les enfants s’y sont mis depuis presque deux semaines avec leur calendrier de l’Avent, mais quid des parents? Outre les vitrines de Noël des Grands Boulevards parisiens, ces derniers trouveront certainement leur [...]

Marché Médiéval de Noël à Provins – Rois Mages et troubadours animent banquet et bal d’époque
You're browsing: TravelPics.fr » Evènements,Musées » Bodies – The Exhibition expose l’intérieur du corps humain

Bodies – The Exhibition expose l’intérieur du corps humain

Posté le Mardi 25 novembre 2008dans Evènements, Muséespar Alexandre RosaImprimerText Resizer Text Resizer

C’est à Copenhague que j’ai eu l’occasion de visiter l’exposition BODIES, produite par Premier Exhibitions, une compagnie américaine basée à Atlanta. Dans un ancien château faisant office d’espace d’expositions adjacent aux Tivoli Gardens, les visiteurs entrent dans un autre monde : le monde intérieur. Bodies nous invite en effet à partir à la rencontre de nous-mêmes, de l’infiniment complexe au plus petit détail de ce qui fait que nous sommes avant tout d’incroyables machines de précision.

Après avoir monté quelques marches jusqu’au premier étage où la dizaine de pièces de l’exposition nous attend, nous y voilà. Les murs sont décorés de projections géantes et abstraites représentant l’infiniment petit du fonctionnement d’une cellule vivante du corps humain. L’éclairage est soigné. Les explications s’alignent sur les murs refaits selon un design résolument moderne, et déjà les premières vitrines nous abreuvent d’informations.

Derrière la vitre, on trouve ce que certains considèrent comme des oeuvres d’art. Du plastique, mais pas seulement. Des mises en scène et des visages à expression humaine. Mais il n’y a là rien d’habituel, puisque ces oeuvres ici exposées sont humaines. Ces corps, ces cadavres, ici désignés sous le nom de "specimens", sont exposés à titre éducationnel. Le premier corps me regarde m’approcher. Autour de lui, des dizaines de personnes s’affairent déjà, le scrutant dans les moindres détails. Qui est-il? Aucune idée. D’où vient-il? Personne ne le sait. Cet homme mystère est pourtant là, plus nu qu’aucune des autres personnes de la pièce ne le sera jamais. Privé de sa peau, il présente à l’air libre ses muscles, ses os et ses organes internes, durcis et protégés de la putréfaction par la technique de plastination.

Ce processus, inventé dans les années 70 par le docteur allemand Gunther von Hagens, consiste à transformer les tissus du corps humain en une sorte de gomme plastique à l’aide d’un polymère. Sans entrer dans les détails, il faut savoir que l’essence de cette technique consiste à remplacer toute l’eau et la graisse du corps par de l’acétone dans un premier temps, puis par un polymère. C’est ce dernier qui, en durcissant, se transforme en plastique plus ou moins souple. Le résultat final est obtenu à partir de gomme de silicone, de polyester ou de résine d’époxy.

Il en résulte un corps humain qui, selon la manière dont il aura été disséqué auparavant, sera figé dans une position imposée par le plastinateur, avec diverses parties de son corps visibles ou non. Depuis la mise au point de la plastination, cette technique a été une source de discussion, à la frontière de la science, de l’art et de l’éthique. Le Dr Von Hagens, après avoir réussi à brevetter son invention aux Etats-Unis, a tout de suite formé l’Institut de Plastination à Heidelberg en 1993. La première exposition de cadavres plastinés a eu lieu au Japon, à Tokyo, en 1995. Elle attira 3 millions de personnes malgré la polémique.

Il n’en fallait pas moins pour convaincre Von Hagens de faire voyager son exposition, baptisée "Body Worlds". Diverses incarnations de ce cirque moderne ouvrirent ainsi leurs portes à Londres, Vancouver ou Los Angeles entre autres. Selon le site officiel du docteur Von Hagen, plus de 20 millions de personnes auraient passé les portes de ses diverses expositions. De quoi attiser la convoitise d’investisseurs prêts à mettre la main à la poche pour obtenir les spécimens les mieux réalisés, les plus originaux ou les plus ressemblant à des vivants… pour des morts!

Il y a ainsi eu "Mysteries of the Human Body" et "Body Exploration." "The Amazing Human Body" a fait le tour de l’Australie et, l’année dernière, une exposition appelée "The Universe Within" a défrayé la chronique à San Fransisco suite à des fuites de liquide suspect à la surface des specimens exposés. De la graisse humaine, très probablement, selon les experts, le processus de plastination ayant été réalisé trop rapidement pour permettre aux lipides de quitter le corps entièrement avant l’injection de polymère dans les tissus.

Rien à voir avec Premier Exhibitions qui produit BODIES, l’exposition qui nous intéresse ici. Elle s’est rapidement imposée comme concurrent important de Von Hagens. "Le but de notre exposition est l’éducation", affirme le docteur Roy Glover, directeur médical en chef de l’exposition. "Nous voulons que les gens observent la complexité de leur corps. Nous pensons qu’ils ont besoin de le voir pour comprendre. Nos corps sont notre possession la plus chère", explique t-il, ajoutant que, malheureusement, on n’en prend souvent moins bien soin que de nos voitures.

Et force est de constater que les moyens y sont. L’atmosphère lumineuse est spécialement étudiée pour mettre en valeur les specimens présentés. L’ambiance est sombre et respectueuse, silencieuse. Des teintes de lumière chaudes éclairent les corps et les organes en vitrine comme des toiles de maître ou des artefacts exhumés des sables de contrées lointaines. A la place, des corps sans vie présentent dans chacune des salles une nouvelle dimension de notre corps. Ils sont mis en scène dans des positions de la vie courante, courant, frappant dans un ballon ou bandant la corde d’un arc.

Après la salle sur le squelette et le système osseux qui introduit l’exposition, la salle sur le système musculaire présente plusieurs corps écorchés, leurs muscles saillants, gonflés et visibles aux yeux de tous. Dans la salle suivante, un specimen semble avoir des ailes. Tous les muscles de son corps ont en fait été détachés de leur point d’ancrage et écartés du corps, ce qui donne aux muscles de son dos des allures d’oiseau. Effrayant.

Dans la salle sur le système nerveux, des specimens sans peau sont parcourus d’une myriade de nerfs en réseau, comme un patchwork de rouge, de bleu et de beige. Assis comme la célèbre statue de Rodin, "le Penseur", il a le sommet de son crâne découpé et la cervelle à l’air. Dans sa main, il tient un autre cerveau qu’il observe avec curiosité.

Dans la salle sur le système sanguin, un corps tout entier est réduit à son réseau de veines et d’artères. Un labyrinthe intriguant de tuyaux minuscules enchevêtrés qui laisse perplexe devant tant de précision et de complexité. Dans les vitrines, des organes seuls sont présentés. Les plus impressionnants sont sans conteste les reins qui, une fois tous les tissus enlevés pour que ne reste que le réseau sanguin, ressemble à un arbre aux ramifications infinies qui occupe presque tout l’espace de l’ancien organe. On se demande comment un tel specimen peut résister aux déplacements et au nettoyage tellement il semble fragile.

En plus des corps entiers présentés en dehors des vitrines, au plus près du public, avec une simple mention "Ne pas toucher", des organes plus nombreux sont exposés en détails derrière des vitres. Dans l’une d’elles, une tête coupée en deux montre le cerveau, les diverses glandes du crâne, le pharynx et les muscles de la mastication. Dans une autre vitrine, un sein en bonne santé trône aux côtés d’un sein rongé par le cancer. Le long d’un mur serpente le tuyau digestif complet d’un des spécimen, tout entier de la bouche à l’anus.

"Je pense que le public est sous-éduqué dès qu’il s’agit de leur propre corps", raconte le docteur Glover de Premier Exhibitions. "Cette exposition va permettre aux gens de contrôler mieux leur corps en le comprenant mieux, et les encourager à vivre une vie plus saine."

L’historien Michael Sappol, de son côté, pense que "le public a une grande soif d’expérience liée à la mort, et veut voir la mort. On veut la tester, mais bien sûr sans mourir. C’est transgressif mais sans danger". Toutefois, derrière le discours bien pensant et éducatif des organisateurs de ces expositions se cache une vérité bien plus morbide…

Dès la première incarnation de BODIES, the Exhibition à Tampa en Floride, en 2005, l’exposition se voulait à la fois évènementielle et provocatrice. Il fallait s’attendre qu’avec de telles "oeuvres" présentées au regard de tout un chacun, la controverse ferait rage. On remarque aisément en se promenant dans les diverses salles de l’exposition que les specimens qui ont la "chance" d’être entiers ont un aspect asiatique. De par leur petite taille, leur aspect très mince et la forme de leur visage, on devine leur provenance. Par ailleurs, afin de leur donner un aspect plus humain, certains écorchés ont toujours leurs sourcils, leurs lèvres ou leur nez. Ils ont été recollés sur leur visage disséqué, et on distingue bel et bien des yeux bridés.

Ma curiosité a également été éveillée par le fait qu’il y ait beaucoup plus d’hommes que de femmes parmi ces specimens. Qu’il y ait des asiatiques parmi les corps n’est pas étonnant en soi, mais que tous les corps viennent d’Asie, et probablement du même endroit, a tout de même de quoi surprendre. La question posée aux responsables de l’exposition danoise ne m’en apprendra pas plus. Eux ne sont qu’un maillon de la chaîne, pas les organisateurs. Après tout, c’est bien l’américain d’Atlanta, Premier Exhibitions, qui fait voyager son exposition à travers le monde. Face à tant de flou, j’ai donc décidé de mener ma petite enquête afin de savoir à qui j’avais vraiment affaire…

Du côté de chez Premier Exhibitions, on ne s’étale pas sur le sujet. Tout juste pourrais-je apprendre que les corps proviennent de Chine. Encore plus inquiétant, quand on connaît l’implication des chinois dans la vie religieuse. Selon leurs croyances, le corps doit en effet absolument être protégé et conservé sans dommages pour que l’âme du défunt repose en paix. Aucun chinois croyant n’autoriserait quiconque à exposer son corps mutilé ainsi. Par ailleurs, la Chine est connue pour ses violations des Droits de l’Homme. De quoi penser que, après tout, les personnes ayant donné leur corps pour cette exposition ne l’auraient peut-être pas fait de manière consentie.

Je découvrirai finalement que les corps de BODIES proviennent tous d’une école de médecine chinoise basée dans la ville de Dalian. Premier finira par m’avouer qu’il s’agit là de corps non réclamés ou non identifiés. La législation chinoise veut en effet que ces défunts anonymes soient utilisés à des fins de recherche médicale au sein d’universités de médecine. Il en est de même dans de nombreux états des Etats-Unis, me dit-on. Certes, on peut trouver normal et acceptable qu’une personne consente à donner son corps à la science, mais cela signifie t-il qu’on peut exposer ainsi son corps mis à nu à la vue de tous sans qu’elle aie eu l’opportunité de donner son approbation?

Impossible d’en savoir plus des producteurs de Bodies. La piste suivante nous mène donc en direction de la Dalian Medical University, en Chine. Là-bas, un laboratoire de plastination partenaire de Von Hagens a affectivement réalisé les specimens exposés à Copenhague notamment. Le Dr. Sui Hongjin explique que Premier ne possède pas les corps exposés mais que l’entreprise les loue à son université. Je découvrirai plus tard qu’ils ont en effet payé la modique somme de 25 millions de dollars pour pouvoir les utiliser au sein de multiples expositions sur une période de 5 ans. Fin en 2010 au plus tard, donc…

En fait, quand on y regarde de plus près, on s’aperçoit que Dalian est la capitale du trafic d’organes en Chine. La fameuse Dalian Medical University a même été baignée dans plusieurs affaires criminelles relatives à la revente d’organes volés sur les cadavres de condamnés à mort. L’enquête prend alors une toute autre tournure. Même s’il n’y a aucune preuve de quoi que ce soit, on se rend vite compte qu’il n’y en aura jamais et que chacun aura toujours son avis sur la provenance de ces cadavres. Pour autant, la probabilité est énorme pour qu’ils proviennent d’un des trois camps de travail installés en périphérie de Dalian. Ce n’est pas pour rien que la ville est devenue l’une des plus grosses d’usines de "retraitement des corps" en Chine.

Du côté de Premier Exhibitions, on admet que les specimens ont été disséqués et plastinés en Chine par le docteur Hongjin. Officiellement, c’est parce qu’il prépare les corps comme personne et que la qualité de ses mises en scène dépasse de loin toutes les autres. En réalité, c’est plutôt en raison des coûts réduits de la main d’oeuvre chinoise. Chaque corps demande en effet plus de 1000 heures de travail.

Le gouvernement chinois n’est pourtant pas un exemple de clarté en ce qui concerne la traçabilité et la confiance que l’on peut accorder aux documents soit-disant officiels. C’est avéré. Dans ces conditions, d’éventuelles justifications sur l’origine des corps ne prouveraient même rien. En revanche, ce que l’on sait, c’est qu’entre 1000 et 3000 personnes ont été exécutées entre 1995 et 2000 dans cette même région. Des opposants au régime, des activistes du Falun Gong : des prisonniers politiques. Les témoignages abondent, relatant l’histoire d’ennemis du régime communistes ayant été arrêtés, cueillis sur leur lieu de travail, dans leur voiture ou même chez eux. Emmenés au poste de police sans plus de procès, ils y ont été interrogés sous la torture. Nombreux sont ceux qui en sont morts.

Qu’ils ait été torturés, condamnés aux travaux forcés jusqu’à l’épuisement fatal, ou tués (certains corps ont été retrouvés, une balle logée dans le crâne ou des traces d’étranglement autour du cou), la suite est toujours la même. Au lieu d’aller chercher la famille et les proches du défunt, le gouvernement interdit à ces derniers de voir le corps en prétendant la nécessité d’effectuer une autopsie de toute urgence. Suite à cette dernière, les corps sont souvent envoyés au crématoire sans attendre, certainement afin d’effacer toute preuve d’une moisson d’organes destinés à alimenter le trafic. D’autres familles ont pu voir le corps de la victime après "l’autopsie". Elle était méconnaissable le plus souvent, à tel point que des tests ADN ont parfois été nécessaires pour identifier le corps à coup sûr. La plupart des familles suspectent bien sûr les autorités d’avoir volé les organes de leur proche avant de le leur présenter.

Si des organes disparaîssent, des corps également. Comment être sûrs que ces corps annoncés comme incinérés ne sont pas en fait ceux qui ont été "déclarés comme non réclamés" et offerts à l’université de médecine de la ville pour plastination et location à des organisateurs d’expositions dans le monde entier? La question reste ouverte, mais l’immense probabilité qu’un scénario cauchemardesque soit réelle reste vraie.

Une chose est sûre cependant, c’est que la polémique n’a pas ralentit la vente de tickets. Chaque arrêt de l’exposition dans le monde rapporte près de 2 millions de dollars à Premier Exhibitions. Un investissement dores et déjà rentabilisé donc, et c’est bien ce qui inquiète. Car dans la mesure où Premier n’est pas une association à but non lucratif mais bel et bien une entreprise cherchant à s’enrichir, on peut difficilement croire à l’objectif avoué d’éduquer le public.

Pourtant, aussi choquant que cela puisse paraître, ces corps n’ayant certainement pas approuvé d’être là de leur vivant apportent tout de même quelque chose aux visiteurs de ces expositions. On dira ce que l’on veut mais rencontrer le corps humain dans sa vérité la plus intime et intérieure est toute de même une expérience immanquable. J’ai eu la chance de pouvoir saisir deux specimens, un pied et un cerveau, et eu la surprise de constater que l’on n’était vraiment pas au musée de cire. Là où une statue est dure et cassante, ces specimens sont plutôt comme de la gomme, en particulier le specimen de cervelle. Les nerfs et vaisseaux sanguins externes au corps du specimen sont absolument souples comme autant de câbles plastifiés, ce qui explique la relativement faible fragilité des specimens, et le fait qu’ils soient exposés au plus près du public.

Sans vouloir encourager des pratiques éventuellement douteuses, je vous encourage donc malgré tout à vous rendre dans cette exposition qui passera forcément un jour près de chez vous. Voir un dessin dans un livre est une chose, mais connaître un vrai corps humain de l’intérieur en est une autre. Tant pis si tout ceci n’est peut-être finalement qu’un freak show moderne

Sources et références :


D’autres musées au Danemark :

  • Ny Carlsberg Glyptotek
  • Arken
  • Copenhagen City Museum – Bymuseum (bientôt)
  • Kunstindustrimuseet – Musée du Design (bientôt)
  • Musée National (bientôt)
  • Musée Royal de la Marine – Orlogsmuseet (bientôt)
  • Post and Telecom Museum (bientôt)
  • Musée National des Beaux-Arts – Statens Museum for Kunst (bientôt)

Laisser un commentaire

Back to Top